C’est la question à un million de dollars qui amène les scientifiques à explorer les racines de l’existence sans relâche.

Cela dit, pour les besoins de cet article, nous allons nous en tenir à l’essentiel.

La simple idée de commencer à s’interroger par rapport à notre existence et à en explorer la source démontre bien que nous sommes conscients du fait qu’il y a quelque chose là à explorer. Par cette réflexion, nous réalisons également que nous naviguons entre un état de conscience et d’inconscience.

On peut aussi en conclure que la pensée précède toute matière, qu’elle soit tangible ou intangible.

Pour y voir plus clair, examinons les particules subatomiques.

On a dit que les particules subatomiques sont de l’énergie et de l’information et qu’elles se déplacent plus rapidement que la vitesse de la lumière. La capacité de penser et l’intelligence illustrées dans cette seule affirmation s’avère énorme et fascinante. L’être humain a toujours essayé de se définir en se comparant, en cherchant une corrélation, en observant ce qui le différencie de la Nature tout en en analysant la dynamique entre les deux et à l’intérieur d’eux.

Prenons un moment pour réfléchir à cela.

L’être humain a les capacités intellectuelles de concevoir une voiture et de développer la technologie nécessaire à sa fabrication ; Il ne pourra toutefois accomplir ce projet qu’à l’aide de matériaux mis à sa disposition par la Nature. Il commencera à étudier ce que font les éléments, comment ils se lient entre eux, leurs propriétés respectives, tout comme leurs limites et leurs possibilités infinies. Pour réaliser tout cela, il fera appel à son corps et à son esprit ainsi qu’aux matières provenant de la Nature, et non pas de l’être humain qui n’en est pas le créateur. Ces matières existent tout simplement. Le point de départ consiste donc à toujours étudier et essayer de comprendre l’Intelligence universelle à portée de main. L’être humain commence à créer et à construire à partir de cette intelligence universelle qui est omnipotente et omniprésente.

Donc, pendant que l’humain s’active à créer, l’Univers ou la Nature, s’est engagé(e) depuis longtemps à créer et poursuit son processus de création, mais avec beaucoup plus de force que l’être humain.

Pour vous aider à mettre en perspective la force de la Nature, vous devez comprendre que la Nature ne cesse jamais d’exister sans l’être humain, tandis que l’être humain ne peut exister sans la Nature.

Cette réflexion amène une autre question à savoir si toutes les matières créées proviennent d’une même source, pourquoi ne sont-elles pas toutes créées égales ?

C’est là que l’énergie et l’information jouent leur rôle. Toutes les choses s’assemblent ou fusionnent selon leur destinée et transmettent ainsi leur énergie et leur information sous la forme prévue. Un tapis restera un tapis de même qu’une chaise restera une chaise. Par ailleurs, l’eau restera liquide jusqu’à ce qu’elle soit soumise à d’autres formes d’intelligence qui pourra la transformer en matière solide ou gélatineuse, par exemple. Tout se résume à ce que l’être humain appelle de la chimie et de la physique.

Examinons maintenant ce qui constitue la différence fondamentale entre l’intelligence humaine et l’intelligence qui prend sa source dans la Nature.

Comme nous l’avons vu précédemment, l’être humain est issu de la Nature tandis que les choses ont été créées par l’être humain.

La différence réside dans le fait que toutes choses issues de la Nature sont composées d’organismes vivants et éternels alors que toutes celles créées par l’être humain sont sans vie et incapables de se régénérer.

Prenez l’exemple d’une voiture. Alors que l’être humain est capable de la concevoir et de réunir les composants nécessaires à sa fabrication, soit de passer de la conception à la réalisation d’une chose que nous pouvons voir, toucher et utiliser, la voiture reste malgré tout quelque chose incapable de se régénérer. La voiture a besoin de l’intervention humaine pour exister. Une fois que les pièces de l’auto ont été démontées, l’être humain n’a d’autre choix que de les remonter de nouveau pour leur redonner « vie ». Par conséquent, on peut avancer que ce que l’être humain crée n’est pas éternel, mais exprime plutôt les possibilités infinies de la Nature.

Un meilleur exemple serait d’étudier comment les êtres humains se reproduisent. Alors que les femmes et les hommes peuvent choisir d’avoir des rapports sexuels pour concevoir, les éléments mêmes qui rendent à l’origine la conception possible sont naturellement prédéterminés. L’être humain n’a pas créé cela.

Dans cet exemple même, soit dans l’acte de concevoir, l’être humain exprime les possibilités infinies de la Nature, non pas les siennes.