Que vous croyiez que l’être humain a été créé par Dieu ou que vous ne croyiez pas en Dieu, le facteur commun réside dans le fait qu’il s’agit de croyances.

Même si vous choisissiez de ne pas croire que l’être humain est composé d’environ 76 trillions de cellules, ici aussi, vous ne feriez qu’exprimer votre propre croyance. Posez-vous toutefois les questions suivantes :

Comment en venez-vous à penser ? D’où émergent vos pensées ? Qu’est-ce qui les rend possibles ?

Qu’est-ce qui, a priori, a inspiré ces pensées dans votre esprit ? Qu’est-ce que l’esprit ? L’esprit est-il une création de l’être humain ? Un esprit ne serait-il pas nécessaire à la création d’un autre esprit ?

En vous posant ces questions, vous pourriez choisir de croire que tout a commencé à partir d’un homme et d’une femme ou de quelque chose d’autre. Quoi qu’il en soit, nous pouvons convenir qu’il s’agit d’un phénomène que l’être humain perçoit comme absolu et divin, ou magique, si vous voulez.

L’être humain a découvert qu’environ 1 million de réactions par seconde se produisaient dans l’organisme. Ces réactions se produisent tout simplement, sans nécessiter l’intervention humaine dans le processus et dans une synchronicité stellaire et symbiotique. La fonction est impeccable. L’être humain appelle ce phénomène l’intelligence cellulaire.

Alors comment quelque chose de si formidable peut-il se détraquer et céder la place à la maladie ?

En réalité, leur fonctionnement EST impeccable. C’est au moment où des symptômes apparaissent que l’être humain croit que quelque chose ne va pas. Toutefois, il devrait plutôt considérer ces symptômes comme des cellules réagissant à son mode de vie. Le corps est ainsi conçu; il fait partie du plan de la Nature. C’est ainsi que l’intelligence humaine interagit avec l’intelligence Naturelle, une façon de coexister et de co-créer. Les symptômes, par conséquent, sont un moyen de l’intelligence de la Nature de communiquer avec l’intelligence humaine, pour susciter chez elle une réponse.

Le mot ‘MALADIE’ en français l’illustre bien : le Mal A Dit. En clair, ces symptômes sont commandés par l’intelligence cellulaire et ont pour but d’attirer l’attention et de signaler que quelque chose ne va pas bien. Elle compte sur la personne pour prendre les moyens nécessaires pour rectifier la situation.

En d’autres termes, les symptômes sont des cellules qui réclament un changement à propos de son mode de vie, sa façon de penser, de manger et de vivre.

Dans cette optique, les symptômes, quels que soient leur forme ou leur nom, se doivent d’être perçus comme une expression ou le résultat de la façon dont vous vivez, pensez et mangez. Les symptômes sont une indication que votre bien-être cellulaire est compromis.

Voir les symptômes comme une maladie au sens classique du terme, c’est souscrire à l’idée que votre corps est en train de commettre une erreur, ne fonctionne pas comme il se devrait et qu’il est contraint à retrouver la forme ou son bon fonctionnement à l’aide de médicaments ou d’autres moyens rigoureux.

Le problème associé à cette façon de voir réside dans le fait qu’on s’attaque aux symptômes et non pas à la cause de ceux-ci. En comprenant que nos cellules savent exactement ce qu’elles font et cherchent simplement à nous amener à faire les ajustements nécessaires pour retrouver et maintenir la santé et l’équilibre dans notre vie, c’est reconnaître que la santé est implicite. L’existence cellulaire précède l’existence humaine tout comme l’intelligence cellulaire transcende l’intelligence humaine.